Français English  Deutsch

Ma sélection ( 0 )

Voir mon carnet de route Comment venir ? Carte touristique
Vous êtes ici : Accueil » Visites et Découvertes » Le saviez-vous ? » Le Comte Louis de Frotté a été exécuté à Verneuil-sur-Avre
Carte touristique

Ma selection

Fermer la fenetre

Le Comte Louis de Frotté, l’un des derniers chefs de la Chouannerie normande, fut exécuté à Verneuil-sur-Avre.

crédit : Louise-de-Bouteiller-Musée-dart-et-dhistoire-de-Cholet

La Chouannerie est une guerre civile qui opposa républicains et royalistes dans l’Ouest de la France lors de la Révolution Française. Les Chouans étaient les insurgés royalistes combattant les Républicains.

Le 18 brumaire (9 nov 1799), Napoléon Bonaparte accède au pouvoir par un coup d’Etat. Les différents chefs chouans capitulent. Louis De Frotté, l’un de ces chefs resté à Bagnole de l’Orne, résiste en attendant un débarquement des alliés anglais qui n’aura pas lieu.

Il décide alors de reprendre les négociations. Pour cela, il demande une entrevue au Général Guidal, Commandant en chef, et donne l’ordre à ses troupes de suspendre les hostilités. Un sauf-conduit lui est attribué pour se rendre à Alençon. Après une brève négociation, lui et ses camarades sont arrêtés. On trouve sur eux une lettre demandant aux chouans de cacher leurs armes. Ils sont alors accusés de traitrise puis emmenés sur Paris.

Le convoi est escorté de 1 800 hommes qui rejoignent, à Verneuil-sur-Avre, 2 000 soldats en garnison. Devant cette armée colossale, la population vernolienne se cache de peur.

Au cours de ce qui devait être une étape, une commission militaire décide de tenir un procès à Louis de Frotté et 6 de ses camarades. Ces derniers sont hébergés à l’Hôtel de la Chaise (place de la Madeleine) puis jugés au croisement de la rue Thiers et de la rue de la Madeleine.

Le 18 février 1800, à l’issue de ce procès, il est décidé de mettre à mort les condamnés. Le lieu de l’exécution est incertain : dans les fossés au pied des murs de la ville ou dans un champ hors de la cité. Fusillés, les corps des malheureux seront enterrés dans la nuit, dans une fosse du cimetière de la ville.

On raconte que Napoléon Bonaparte n’aurait pas été au courant de la tenue de ce procès. Une rumeur subsiste selon laquelle il aurait même rédigé une lettre de grâce pour les condamnés.

Vers 1814, les restes de ces hommes sont transférés dans la crypte de l’église Sainte-Madeleine. En 1826, David d’Angers réalise un cénotaphe en souvenir de Louis de Frotté et de ses camarades. Il sera inauguré l’année suivante dans l’église et est toujours visible aujourd’hui.

En 1818, le Maire (M de Postel) achète, sur sa fortune personnelle, le clos Frotté, lieu présumé de l’exécution. Il en fait dont à la Fabrique de la Madeleine en 1842. Bien plus tard, dans les années 1970, un monument à la gloire des chouans y sera érigé. Celui-ci est encore accessible au bout de la rue des frères Lumières, dans la zone d’activité au nord de la ville.

Source : Etude de Pierre DHOMBRES – extrait de Verneuil-sur-Avre, Pages d’Histoire Tome I – Edition ASEVE.

 

Lieux de mémoire Louis de Frotté Verneuil