Français English  Deutsch

Ma sélection ( 0 )

Voir mon carnet de route Comment venir ? Carte touristique
Vous êtes ici : Accueil » Visites et Découvertes » Le saviez-vous ? » Maurice de Vlaminck, un fauve à Verneuil-sur-Avre
Carte touristique

Ma selection

Fermer la fenetre

Un fauve à Verneuil

Portrait de Maurice De Vlaminck

Maurice de Vlaminck est un peintre de renommée mondiale, principalement connu pour être à l’origine du « Fauvisme* » avec André Derain et Henri Matisse. Sa fille Godelieve, qui travaille au catalogue raisonné des œuvres de son père en collaboration avec le Wildenstein Institute, en répertorie près de 7 000. Elles sont réparties dans le monde entier, dans des musées, des fondations, et des collections particulières. De multiples expositions monographiques ou de groupes, tant en France qu’à l’étranger, les ont également régulièrement offertes aux regards du public.

* Courant de peinture du début du XXème siècle (1905-1910), le fauvisme est caractérisé par l’audace et la nouveauté de ses recherches chromatiques. Les peintres ont recours à de larges aplats de couleurs violentes, pures et vives, et revendiquent un art fondé sur l’instinct.

Biographie

Maurice de Vlaminck est né à Paris en 1876, d’un père professeur de musique d’origine flamande et d’une mère pianiste d’origine lorraine. Ce milieu artistique, dans lequel il a grandi, le prédestinait donc plutôt à une carrière de musicien et de compositeur.

Dès l’âge de 15 ans, avec sa première bicyclette, Maurice de Vlaminck va arpenter toute la vallée de la Seine, de Chatou jusqu’au Havre. Ses premières envies de peindre sont intrinsèquement liées à ses promenades dans la nature et sur les routes.

Du hasard de sa rencontre avec André Derain, en 1900, va naître son intérêt et son goût pour la peinture. Il le dit cependant lui-même, se
remémorant ses débuts : « Faire une carrière dans la peinture, j’aurais bien ri si on m’avait parlé de cela »1.

Les années 1900-1905 sont les plus difficiles : il ne gagne que très modestement sa vie, ses œuvres font l’objet de vives critiques. Pour faire vivre sa famille (sa première épouse, Suzanne Berly, et ses trois filles, Madeleine, Solange et Yolande), il donne des leçons de violon et participe à des courses cyclistes.

Sa peinture commence à être reconnue vers 1910, lorsqu’Ambroise Vollard lui consacre une exposition qui lui est entièrement dédiée. Après la première Guerre Mondiale,  il expose dans des salons et des galeries où ses toiles se vendent de mieux en mieux.

En 1925, il s’installe, avec sa seconde femme, Berthe Combe, et sa quatrième fille, Edwige, à La Tourillière, dans le village de Rueil-la-Gadelière, situé à 5 kilomètres de Verneuil-sur-Avre. C’est dans ce hameau que naîtra en 1927, sa dernière fille, Godelieve.

Vlaminck mènera ici une vie au calme loin de l’agitation parisienne et continuera de peindre et d’écrire jusqu’à son décès en 1958.

Un musée lui sera dédié à Verneuil-sur-Avre dans quelques années.

L’œuvre picturale de Vlaminck

Vlaminck est avant tout un peintre de paysages, ayant tout au long de sa vie, conservé un lien quasi-charnel avec la nature. Cependant, il se distingue aussi par ses nombreuses natures mortes, comme expression d’une intimité et d’une sensibilité forte. En revanche, il a peu travaillé le portrait. Ce sont ses proches (familles ou amis) qui lui servirent de modèles, le peintre clamant qu’il se plaçait devant un visage comme « devant un paysage ».

La grande majorité des œuvres du peintre n’est pas datée, il est donc assez difficile d’en établir une chronologie exacte. Cependant, plusieurs périodes se dégagent :

1900-1903 : ses débuts
1904-1907 : période fauve
1907-1916 : période cézannienne
1917-1939 : période « lyrique »
1939-1945 : période de la guerre
1945-1958 : la paix retrouvée

Un artiste aux multiples talents

Les tubes de peinture et les toiles ne furent pas ses uniques matières et supports de création artistique.

Pendant sa période fauve et jusqu’en 1910, Vlaminck collabore avec le céramiste André Metthey, pour peindre et décorer assiettes, vases et plats. Il réalise ensuite ses propres céramiques : assiettes, plats ainsi que boutons et boucles de ceinture.

Vlaminck a également travaillé le bois. Pendant sa jeunesse, il taille et peint des cravates en bois qu’il s’amuse à porter, des meubles en bois peint pour ses filles.

Le second domaine de prédilection de Vlaminck est l’écriture. Il décrit ainsi le fondement de sa vocation littéraire : « Je sais qu’écrire n’est pas mon métier. Je n’ai aucune prétention à la littérature… Ce qui me fait prendre la plume c’est un sentiment de révolte. Révolte contre la bêtise, la médiocrité, contre l’insensibilité et la cruauté de mon  époque »9. Il est l’auteur de nombreux romans, articles, poèmes et livres illustrés.

Un collectionneur impénitent

Sa vie durant, Vlaminck fut collectionneur. il réunit un ensemble d’images d’Epinal qui, dit-il « aujourd’hui, me remplit d’aise et d’orgueil »1.

Dès 1905, il découvre l’art africain et collectionnera des pièces jusqu’à un âge avancé.

L’Art naïf aussi retient son attention au point qu’il « chine » des tableaux de peintres du « dimanche », petits peintres et curieux tableaux, dès que ses moyens lui permettent quelques achats.

En savoir plus

Un livret retrace la vie du peintre et son œuvre  et présente un itinéraire vélo de 20 km entre Verneuil et Rueil-la-Gadelière.  Télécharger le PDF interactif ici (10Mo) ou consultez-le ici.

Une toile du peintre, représentant les fossés de Verneuil-sur-Avre, est en dépôt à la médiathèque de la ville depuis le 9 juin 2018. Une convention de dépôt pour une durée d’un an renouvelable a été signée avec un collectionneur qui souhaite garder l’anonymat. Cette huile sur toile, d’un format de 65 x 81 cm, a été exposée à Paris et à Bruxelles en 1933 pour la dernière fois. Si quelques libertés ont été prises par l’artiste qui ne permettent plus de situer l’emplacement exact, on reconnaît la facture typique de sa période précoce aux atmosphères plombées. Où la lumière orageuse se révèle par des éclairages restreints, quelques éclats blanchâtres, un simple trait orange vif qui tranche avec une dominante gris bleu. La médiathèque, située au 620 rue de La Madeleine, est ouverte du mardi au samedi. En savoir plus ici.

A voir : parcourez le circuit à vélo en compagnie de Christiane Lablancherie dans ce reportage France 3 diffusé le 23 juillet 2016.